La deuxième révolution industrielle se caractérise par le développement de nouvelles technologies, comme l'électricité et le moteur à explosion, ainsi que par la division croissante du travail dans les usines.
Les éléments de définition les moins contestables sont à rechercher dans la première "révolution industrielle", considérée comme archétypale: celle que connut l'Angleterre au cours du XVIIIè siècle et qui culmina au milieu du siècle suivant.
Il s'agit d'une mutation essentielle de l'histoire humaine - une élévation considérable du volume de la production industrielle et du rythme de sa croissance, fondée sur un mouvement de concentration et de mécanisation du procès de travail et sur la généralisation de l'usage d'une source d'énergie, la vapeur.

Le rôle du grand négoce et de la banque dans l'accumulation du capital est sans conteste beaucoup plus important que celui de l'agriculture. L'essor considérable du commerce colonial au siècle des Lumières avait enrichi toute une bourgeoisie d'armateurs et de commerçants, dont le comportement, face à l'ouverture de perspectives de profit industriel, fut toutefois inégal: très active dans certains cas - elle contribua, en Grande-Bretagne, à l'industrialisation de l'arrière-pays de villes portuaires comme Bristol ou Glasgow -, elle ne le fut guère dans les communautés marchandes de Nantes ou de Bordeaux. L'argent des marchands-fabricants, notamment du textile, fut en vérité le seul à être massivement dirigé vers l'activité industrielle.

La pression démographique qu'a connue l'Angleterre a permis de satisfaire le premier véritable grand appel de main-d'œuvre de l'industrie, qui eut lieu après 1815. La baisse légère de la mortalité qui l'avait rendue possible ne devait rien aux progrès de la médecine (efficients seulement après 1850), mais plutôt à ceux de la consommation (de sucre, de viande) au cours du XVIIIè siècle, durant lequel l'amélioration du niveau de vie des classes populaires avait été sensible.

Cependant, à partir des années 1780 et jusqu'en 1840, le niveau de vie des nouveaux ouvriers des villes et des anciens ouvriers ruinés par le machinisme (tisserands à bras, peigneurs de laine) se dégrada sérieusement. Leur dénuement était souvent extrême, et leurs conditions de logement désastreuses, comme le font apparaître les premières grandes enquêtes sur la classe ouvrière menées par Engels (1840) et Villermé (1841). Près de trois générations ont été ainsi sacrifiées à la révolution industrielle avant que celle-ci ne permette une véritable amélioration des conditions de vie du prolétariat, sensible dès 1850, et plus tard la transition vers un régime démographique "moderne", à natalité et fécondité plus basses.

En termes de débouchés pour les produits industriels, notamment pour les textiles, c'est surtout l'urbanisation et la constitution d'une forte classe moyenne qui ont compté dans l'Angleterre de la première moitié du XIXè siècle, et plus encore en France, où la demande ouvrière et paysanne n'a joué qu'un faible rôle de stimulant de l'industrie avant le Second Empire.

Pour expliquer la révolution industrielle, deux types de facteurs peuvent finalement être retenus: l'un privilégie le rôle de la technologie, l'autre le changement essentiellement en termes d'organisation du travail.

L'incitation produite par les chemins de fer fut primordiale: l'accélération décisive de leur construction intervint dès les années 1840 pour l'Angleterre, et entre 1850 et 1870 pour la France et l'Allemagne. L'équipement ferroviaire, encouragé et en partie financé par l'Etat dans le cas français, accéléra la diffusion technologique, homogénéisant les espaces (ainsi la grande région industrielle Belgique-France du Nord-Rhénanie) et les systèmes productifs, et contribuant, dans le cas des Etats-Unis (lignes transcontinentales achevées entre 1869 et 1883), à la conquête du territoire.

Les chemins de fer ont relancé l'industrialisation et joué, beaucoup plus nettement que le coton auparavant, le rôle d'un secteur moteur exerçant un effet d'entraînement sur les autres.

"Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées."

Victor Hugo.


Les impressionnistes sont témoins de leur époque : La repasseuse de Degas, les raboteurs de parquet de Caillebotte, les joueurs de carte de Cézanne, le buveur d'absinthe de Manet, la Gare Saint-Lazare de Monet sont autant d'aspects de la France de la révolution industrielle.


- L'Art Nouveau et la révolution industrielle

Avec la machine on assiste à l'ère de production de masse, un conformisme asservissant l'homme à la machine, la prolifération de la fissure entre les classes sociales et l'apparition de la nouvelle bourgeoisie. Les paysans ont quitté les terres pour devenir des ouvriers d'usines. L'homme se retrouve face à la menace de perdre sa faculté créative, au profit de la facilité de l'industrialisation, la production de masse.

Apparaît alors l'Art Nouveau, qui veut lutter contre la tristesse et la banalité de la production de masse due à l'industrialisation. La première exposition internationale de 1851 à Londres provoqua le rejet du matérialisme et donna pour partie naissance en Angleterre à un nouveau style d'art. Cet art serait donc issu de la révolution industrielle.

L'Art Nouveau a comme projet de mettre en avant un nouvel art, qui pourrait être populaire et la propriété de tous, mais aussi de manière plus large de créer un nouveau style de vie pour l'Homme, style en opposition avec la consommation de masse issue de la Révolution industrielle. Améliorer le quotidien de l'Homme, l'éveiller au beau et à l'art, faire de sa vie une œuvre d'art par le biais de tous les moyens possibles.

En réaction mais tout de même en accord avec ce nouveau procédé qu'est la machine, l'Art Nouveau a ainsi employé tous les matériaux disponibles à l'époque et dont l'usage n'était pas possible avant (acier, verre, fer…) et s'est étendu à de nombreux domaines : l'architecture, la décoration (meubles, tapis, vaisselle, porcelaine, tapisseries), l'affichage, la peinture Ce mouvement veut promouvoir des créations de haute qualité, réactualisant grâce à l'originalité des formes le goût perdu de la beauté. Le style Art Nouveau trouve son inspiration dans l'observation et la sublimation de la nature, un goût certain pour la ligne courbe, les modèles orientaux et japonais et le culte de la femme dont la sensualité et les formes souples sont en parfaite harmonie avec l'esthétique 1900.

Exubérance dans l'ornementation, amour de l'asymétrique, recherche systématique du flexible inspiré des formes florales caractérisent l'Art Nouveau qui remporte un fantastique succès en particulier dans les arts décoratifs.

Source : Wikipedia - GNU Free documentation license


Sphère artistique

Moyen âge - Villes - Banque et le commerce - Grandes découvertes - 1ère révolution indistrielle - 2ème révolution industrielle

 

Accueil  Dessin Peinture Sculpture Orfèvrerie Photographie Art digital Céramique Emaux

Icônes Vitraux Enluminures Estampes Littérature Forum